L’épreuve de la réalité

Somme toute, je suis assez content du résultat des élections. J’avais trouvé totalement surréaliste la course à la chefferie au Parti Québécois (mais non Pauline, il n’y aura aucune turbulence après le référendum). J’étais enclin à aller voter pour André Boisclair malgré son discours ampoulé, mais le fait qu’il veuille quand même tenir un référendum, même s’il se trouvait à la tête d’un gouvernement minoritaire m’a parut complètement idiot et farfelu. C’est lorsqu’il a tendu la main à Mario Dumont, en lui disant que le rapport Grenier montrerait probablement que la chimère que le dernier référendum avait été volé s’avérerait, qu’il a enfoncé le dernier clou dans le cercueil de mon intention de vote envers le PQ. Franchement, songer à lancer un peuple dans l’aventure de la séparation du Canada et la construction d’un nouvel État en n’ayant que quelques milliers de voix de majorité ne fait aucun sens à mon avis.

Par conséquent, le fait que le PQ se retrouve en troisième position l’obligera à repenser ses options et son programme politique. Ça peut aller d’un bord (SPQ-Libre) ou d’un autre (une social-démocratie moderne à la scandinave). Je n’ai pas beaucoup d’espoir. Je crois que le PQ va continuer à se durcir et devenir un groupuscule aux mains des purs et durs, les crétins qui sont pour ne pas permettre de choisir la langue de son CEGEP et qui nous farcissent des c’est à ton tour mon cher … de nous parler d’amour, et de on veut un pays, on veut pays. Continuez de gueuler pour mettre votre criss de flag du Québec à l’ONU pendant que la caravane passe et qu’on produit des illettrés à la pelletée. Il n’y a qu’à voir l’état lamentable des bibliothèques publiques et scolaires, pour se convaincre que les véritables enjeux ne sont jamais vraiment débattus.

D’autres parts, l’épreuve de la réalité sera aussi servie au Parti Libéral du Québec qui devra aussi revoir son plan de match s’il ne veut pas rester le parti qui est le moins populaire chez les Québécois francophones.

Enfin, notre petit roitelet de la démagogie devra, j’espère, être plus conséquent avec son discours et proposer autre chose que des clips de trente secondes comme politique. Il sera intéressant de voir sa députation. Sauront-ils formuler une réelle alternative, ou va t’-on les voir s’enfermer dans des déclarations fracassantes comme celles qu’on a vues pendant la dernière campagne électorale ? Est-ce que l’ADQ sera un parti de beaufs, ou un parti qui dépasse le populisme dans ce qu’il a de plus crasse. On verra bien…

Et si vous vous demandez pour qui j’ai voté, moi qui habite la République du Plateau ? Non, ce n’est pas pour le nouveau censeur de la gauche, ce cher Amir (c’est à ton tour….), mais pour le Parti Vert. J’ai trouvé que Scott McKay était celui qui avait le discours le moins pogné, tout en mettant l’accent sur ce qui aurait dû être un enjeu majeur de cette campagne, l’écologie (en plus de l’éducation, évidemment, et de tout le reste qui a été escamoté, comme la mondialisation des économies).

Les commentaires sont fermés.