Archive pour décembre 2006

Jimmy Carter, Israel and Apartheid

Jeudi 14 décembre 2006

Jimmy Carter, Palestine: Peace Not Apartheid, 2006.

I was astonished to hear Jimmy Carter talking on an American network television in such a way when he gave an interview about his last book on the NewsHour (PBS). Ok, its PBS, but still, his critics of Israel are coming from an ex US President. You should hear the mp3 that add more humanity to the whole thing. But I tend to disagree with his assessment, when he put the onus of the occupation only on the settler and seems to separate them from the state apparatus.

And let me get to the word « apartheid. » Apartheid doesn’t apply at all, as I made plain in my book, anything that relates to Israel to the nation. It doesn’t imply anything as it relates to racism. This apartheid, which is prevalent throughout the occupied territories, the subjection of the Palestinians to horrible abuse, is caused by a minority of Israelis — we’re not talking about racism, but talking about their desire to acquire, to occupy, to confiscate, and then to colonize Palestinian land.

So the whole system is designed to separate through a ferocious system Israelis who live on Palestine territory and Palestinians who want to live on their own territory.

Jimmy Carter, Former President Jimmy Carter Examines Israeli-Palestinian Conflict, Online NewsHour, (mp3)

Helena Cobban point to the flaws of the argumentation of Jimmy Carter.

If I were Jimmy Carter, which I’m not, I would have noted that there are indeed many many things that Israel’s projects in the occupied West Bank and Golan have in common with South African apartheid, and very few if any of them have to do with skin color. (US citizens have this hang-up about skin color issues, which goes back deep in their collective past, obviously. Their common understanding of the word ‘racism’, for example, completely limits it to discrimination based on skin color, unlike just about everywhere else in the world where ‘racism’ has a far broader meaning.)

If I were Jimmy Carter I’d have noted that in both South Africa and the Israeli-occupied territories, the central project of a ruling government constituted by the settler immigrant community is the expropriation of the land and other natural resources of the indigenous people, involving the systematic expulsion of the indigenes from their ancestral lands and their relocation into economically quite unsustainable territorial holding pens.

The term « Bantustans » is generally appropriate in both cases.

Helena Cobban, If I Were Jimmy Carter…, Just World News

What Helena Cobban is saying is that this form of discrimination is deeply rooted in the state apparatus of Israel, even, if, following the pools in Israel, the majority of the civil society is against this occupation (and there is numerous Israeli groups that works against this occupation).

Nouvelles quotidiennes en baladodiffusion

Mercredi 13 décembre 2006

Voici quelques émissions quotidiennes (lundi au vendredi) en baladodiffusion que je recommande pour faire le tour de l’actualité. En fait d’émissions, on pourrait plutôt parler d’un format qui s’apparente aux bulletins de nouvelles et aux commentaires d’opinion. La durée de ces émissions est entre 3 et 15 minutes. Je trouve que c’est une bonne façon de commencer la journée, si vous êtes comme moi, intéressé par l’actualité mondiale.

La chronique d’Alexandre Adler (France Culture)

Opinion d’un observateur chevronné de la politique mondiale. M. Adler laisse tomber les évidences et essaie d’expliquer ce qu’il y a derrière des évènements internationaux.

La revue de presse européenne avec Cécile De Kervasdoué (France Culture)

Comment l’Europe voit le monde. Couvre la plupart des grands quotidiens européens à partir d’un ou deux évènements marquants récents.

Géopolitique avec Bernard Guetta (France Inter)

Dans la même veine qu’Alexandre Adler, mais un peu moins original et plus attendu. Mais en général toujours intéressant.

New York Times Washington Report (New York Times)

Excellent bulletin sur ce qui se passe à Washington. Avec un ton réservé, sans inflations, ce bulletin analyse les évènements avec acidité et sans complaisance. La diffusion est par contre irrégulière.

World Today Select (BBC)

Un bulletin d’une quinzaine de minutes produit par la BBC. Pas en tant que telle une revue de l’actualité, bien que cette dernière est présente, mais plutôt une émission qui reviendra sur des questions marquantes qui sont souvent peu couvertes par les autres médias.

Quoi, rien du Québec et du Canada ? Hé oui, l’offre en baladodiffusion concernant l’actualité est assez nulle à mon avis. On y reviendra.

Typinator 50% off only today

Mardi 12 décembre 2006

I’m not affiliated with Ergonis Software, just a happy user of their Typinator. You can get it for US $9.99 today, a 50% rebate off the regular price. The offer is only available for December 12 2006. If you don’t know what is Typinator here’s the official blurb:

Typinator is an automatic text software that boosts your productivity and eliminates errors by automating the process of inserting frequently used text and graphics.

There’s a number of competitors in this market, but from my experience, Typinator is one of the best.

Alexandre Adler: Histoire du négationnisme en Iran

Lundi 11 décembre 2006

Excellent billet d’Alexandre Adler sur France Culture.

Histoire du négationnisme en Iran (mp3).
La chronique d’Alexandre Adler.

Voir aussi cet article dans le New-York Times.

“Depicting Jews as the overwhelming victims of the Holocaust gave the moral high ground to the Allies as victors of the war, and allowed Jews to establish a state on the occupied land of Palestine,” Mr. Duke’s paper says, according to the summary.

One of the first scheduled speakers, Robert Faurisson of France, also called the Holocaust a myth created to justify the occupation of Palestine.

Voici un beau sophisme. S’il est vrai que l’horreur du génocide juif fait partie des raisons que l’on peut donner à la légitimisation de l’établissement de l’État d’Israël en Palestine, la déclaration Balfour date de 1917.

Nazila Fathi, Holocaust Deniers and Skeptics Gather in Iran, nytimes.com

Powerful Op-Ed by Frank Rich on the ISG’s Report

Dimanche 10 décembre 2006

The lesson in that is clear and sobering: As bad as things may seem now, they can yet become worse, and not just in Iraq. The longer we pretend that we have not lost there, the more we risk losing other wars we still may salvage, starting with Afghanistan.

The members of the Iraq Study Group are all good Americans of proven service to their country. But to the extent that their report forestalls reality and promotes pipe dreams of one last chance for success in this fiasco, it will be remembered as just one more delusional milestone in the tragedy of our age.
Frank Rich, The Sunshine Boys Can’t Save Iraq, nytimes.com [subscription needed]

Interesting Analysis on Lebanese Politics

Mardi 5 décembre 2006

There is more than anti-syrian and pro-syrian parties in Lebanon.

The March 14 Coalition, however, insisted that every wrong happening in Lebanon was the doing of the Syrians. Aoun was shunned for his views and, in a fit of rage, he lashed out against them, reminding the Hariri bloc that they were the same ones who legitimized Syria in Lebanon in the 1990s by assuming government office during the heyday of Syrian power under the late prime minister Hariri.

Siniora, after all, had been minister of finance when Syria was in control of Lebanon. Marwan Hamadeh, one of the loudest anti-Syrian voices, was minister of health, and Walid Jumblatt had been a close ally of Damascus and minister of the displaced under Hariri. The dramatic U-turn by the March 14 Coalition, and its continued anti-Syrian tone even after the exodus of the Syrian army, shed serious doubt on the government’s convictions, loyalties or beliefs.

Sami Moubayed, The anti-Siniora craze in Beirut, AsiaTimes

See also this article by Simon Tisdall in The Guardian.

Having looked on helplessly, or unhelpfully, during Israel’s destabilising summer bombardment of Lebanon, Britain and other European countries are now scrabbling to shore up Fouad Siniora’s shaky pro-western government. The foreign secretary, Margaret Beckett, and her German counterpart were in Beirut at the weekend. Messages of solidarity have come from France and Italy. Even Israel is warning of dire consequences should Mr Siniora fall.

All agree that this week’s Hizbullah-organised, largely Shia Muslim demonstrations, although broadly peaceful and « democratic » so far, must not be allowed to topple the government. Their attitude contrasts awkwardly with the approving western view of last year’s anti-Syrian street protests by Sunni Muslims, Christians and Druze, whimsically dubbed the « cedar revolution », which ousted Lebanon’s then prime minister, Omar Karami.

Simon Tisdall, Iran v Saudis in battle of Beirut, The Guardian, December 5, 2006

Alain Gresh: « Israël-Palestine, vérités sur un conflit »

Mardi 5 décembre 2006

Excellent résumé d’un conflit sans fin.

Alain Gresh, Carnet du Diplo, Judaïsme, sionisme et fantasmes (III), octobre 2006

Deux extraits me frappent particulièrement.

Cette alliance [entre Londres et les sionistes] est servie par ce que j’appellerai les « affinités culturelles ». Je prends un exemple. À la suite des violentes émeutes qui éclatent en Palestine en 1929, de nombreux responsables britanniques, sur place ou en Grande-Bretagne, furent convaincus de la nécessité d’un infléchissement de cap, par la restriction de l’immigration et de l’achat des terres. Le ministère des colonies prépare un livre blanc reprenant ces propositions en octobre 1930. Mais Weizmann fait agir toutes ses relations, Ben Gourion s’en va voir le chef du gouvernement britannique, et il obtient une garantie de la liberté d’immigration et d’achat de terres, qualifiée de « lettre noire » par les Arabes. Le premier ministre britannique discuta même avec le numéro un sioniste le moyen de privilégier les juifs dans les arrangements, au détriment du principe de la parité (traitement égalitaire des juifs et des Arabes) affirmé publiquement. Cet éclatant succès, le mouvement le doit à son entregent, à ses contacts politiques, à sa connaissance du système politique britannique. Les sionistes ont plus de chance de se faire entendre que les représentants arabes ou palestiniens, dont la culture, les traditions, le mode même de négociation, sont étrangers aux Européens. Les sionistes sont des Occidentaux qui parlent à des Occidentaux. Cet atout, ils en useront à chaque étape du conflit.

C’est justement ce que montre Rashid Khalidi lors de son entretien avec Tom Ashbrook (On Point, NPR) en octobre 2006 à propos de la parution de son dernier livre (The Iron Cage: The Story of the Palestinian Struggle for Statehood, Beacon Press, 2006). Cette émission en baladodiffusion, qui réunit aussi des historiens israéliens de la tendance « New History » est un solide débat sur les raisons qui font qu’à ce jour les Palestiniens ne possèdent toujours pas un état. Rashid Khalidi se concentre sur la période précédant la création de l’État d’Israël, et montre que loin d’être uniquement des victimes, les Palestiniens ont souvent commis de grossières erreurs d’appréciation politique au contraire des sionistes qui ont su mettre de l’avant un ensemble de contacts et de perspective les avantageant. Évidemment, M. Khalidi replace aussi l’histoire palestinienne dans le contexte du mandat britannique qui favorise les sionistes au détriment des Palestiniens. Il reste que pour Khalidi, considérer les Palestiniens uniquement comme victimes est une insulte pour ces derniers, et il replace ceux-ci comme sujets historiques ayant une maîtrise sur leur destin.

On Point, The New Palestinian Narrative, octobre 2006.

L’autre extrait est le suivant. Il y aurait une belle discussion à tenir pour savoir si Israël est un état qui, dans les faits, est un état de l’apartheid. À mon avis, il faudrait définir ce que l’on entend par ce dernier terme, car celui-ci est tellement galvaudé (ne parle-t’on pas de Cuba comme d’un « apartheid touristique » ?). Mais on ne peut pas ne pas être sensible à ce que connote ce terme quand on voit toute cette idéologie de la « séparation » prônée par une partie de la société israélienne et le sort réservé aux Palestiniens par cette même société.

Israël, pour reprendre l’expression de Maxime Rodinson est « un fait colonial ». Comme l’Australie ou les États-Unis, le pays est né d’une conquête, de l’expropriation des autochtones. En revanche, il n’est pas, contrairement à l’Afrique du Sud de l’apartheid, « une société coloniale », une société qui a besoin des « indigènes » pour survivre. D’autre part, même s’il a été bâti sur une injustice, Israël est désormais un État reconnu par la communauté internationale, par les Nations unies. Penser, comme l’ont fait, et continuent de le faire, certains, que l’on peut « expulser » les Israéliens, les renvoyer « chez eux », n’est ni moralement défendable ni politiquement réaliste. Une injustice ne peut être réparée par une autre injustice. Vivent désormais en Terre sainte deux peuples, l’un israélien, l’autre palestinien. On peut rêver, comme le font quelques intellectuels palestiniens et israéliens, qu’un seul État pourrait les regrouper ; c’est une belle utopie, que notre génération ne verra pas. Et, quoiqu’il en soit, aucune solution unilatérale ne pourra être imposée, ni aux Palestiniens, ni aux Israéliens.

Sur le rapport d’Israël avec l’apartheid et aussi ses liens avec l’Afrique du Sud au temps de l’apartheid, voir l’excellente série de Chris McGreal dans The Guardian.

For Seidemann, the crucial issue is not how the apartheid system worked but how it began to disintegrate. « It unravelled because it couldn’t be done. Apartheid drained so much energy from South African society that this was one of the compelling reasons beyond the economic sanctions and pressures that convinced De Klerk that this was not sustainable. This is what is coming to Israel. »

Or perhaps the conflict will evolve into something worse; something that will produce parallels even more shocking than that with apartheid.

Arnon Soffer has spent years advising the government on the « demographic threat » posed by the Arabs. The Haifa university geographer paints a bleak vision of how he sees the Gaza strip a generation after Israel’s withdrawal.

« When 2.5 million people live in a closed-off Gaza, it’s going to be a human catastrophe. Those people will become even bigger animals than they are today, with the aid of an insane fundamentalist Islam. The pressure at the border will be awful. It’s going to be a terrible war. So, if we want to remain alive, we will have to kill and kill and kill. All day, every day, » he told the Jerusalem Post.

« If we don’t kill, we will cease to exist. The only thing that concerns me is how to ensure that the boys and men who are going to have to do the killing will be able to return home to their families and be normal human beings. »

Chris McGreal, Worlds Apart, The Guardian, février 2006

Plan B: Stéphane Dion

Dimanche 3 décembre 2006

« Canada changes, the Conservatives change and do certain things, all we need to do is make a gesture of openness to Quebec and we have just done exactly the opposite, » a former Quebec-based federal cabinet minister said on the convention floor.
What really frustrated the Quebec delegation — including several MPs who were sounded out a few minutes after Dion’s victory — was to see, in the words of one, « that the English don’t understand what they’ve just done in electing Stéphane Dion. »
The fact that Gerard Kennedy and his most celebrated supporter, Justin Trudeau, who are both opposed to the concept of a Quebec nation, rallied to Dion’s side has not improved his standing among Quebec Liberals.

Vincent Marissal, Delegates chose man most like Chrétien
But support not there in Quebec
, Toronto Star.

Though Liberals now celebrate Dion as « the next prime minister of Canada, » the rap against him is that he remains unpopular in Quebec, where the former unity minister is known for his acerbic wit, stiff personality, and uncanny ability to rub sovereignists the wrong way.
In the words of a senior Bloc Québécois official who attended the convention as an observer, « the biggest party tonight isn’t going to be here — it’s going to be at our headquarters. »

Sean Gordon, Improbable, yet unstoppable
Stéphane Dion’s win is seen as a victory of convictions over charisma
, Toronto Star.

Le plan B: Stéphane Dion

Dimanche 3 décembre 2006

Je ne sais pas s’il faut en rire ou en pleurer. Cela me stupéfie que les délégués du parti Libéral du Canada ont préféré à Michael Ignatieff Stéphane Dion. Il est évident que M. Dion n’est pas un imbécile. Mais c’est un homme rigide, gardien de l’orthodoxie constitutionnelle, qui ne fera aucune ouverture au Québec. En plus, il est détesté au Québec. On dirait que le calcul des délégués a été de barrer la route à Ignatieff parce qu’il avait fait preuve d’un minimum d’ouverture au Québec. Dion, c’est l’homme du plan B, c’est l’homme politique qui pense que si le Québec peut se séparer du Canada, on peut faire du Québec un salami, et faire la partition du Québec en en gardant quelques tranches dans le giron fédéral. C’est l’homme qui fait croire aux anglophones du West Island qu’ils demeureront au sein du Canada si jamais le Québec devient indépendant.

D’un autre côté, c’est probablement un cadeau du ciel pour le Bloc et le PQ. Malheureusement, cela implique qu’on risque de subir encore Harper pour quelques années. Michel C. Auger veut donner la chance au coureur, mais à mon avis, je ne vois pas M. Dion évoluer au plan constitutionnel s’il a des positions qui sont encore plus centralisatrices que la majorité des fédéralistes québécois. Enfin, le seul point positif, est qu’on risque de parler de plus en plus d’environnement. Mais n’oublions pas que le plan vert de M. Dion n’a pas fait l’unanimité chez les écologistes parce que considéré comme trop tiède. L’un dans l’autre, j’ai l’impression que M. Dion ne doit son élection qu’à la faveur d’une conjoncture où le Canada anglais continue de se mettre la tête dans le sable et considère acceptable que la minorité la plus importante au Canada n’est toujours pas signataire de la constitution de 1982.